TDA/H : déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

D’abord et avant tout, il faut faire preuve d’une grande vigilance.

  • Tous les enfants rêveurs ou facilement distraits n’ont pas pour autant un déficit de l’attention.
  • Tout comme un enfant qui est vif, enjoué et actif n’est pas forcément hyperactif.

Quand faut-il consulter?

En tant que parents, vous êtes ceux qui connaissez le mieux votre enfant. Entre autres, vous pouvez déjà déterminer si, surtout dans les tâches scolaires et malgré des efforts évidents et soutenus, votre enfant ne parvient pas à maintenir son attention ou à rester assis ne serait-ce qu’un court moment. Vous pouvez aussi vérifier si cette situation affecte de manière significative son rendement et risque de mettre en péril sa réussite scolaire.

Si tel est le cas, une consultation s’avère nécessaire pour déterminer s’il s’agit ou pas d’un TDA/H.

Un bon diagnostic est essentiel pour:

  • identifier les différents symptômes inhérents au déficit d’attention et à l’hyperactivité
  • départager d’autres affectations qui pourraient être confondues avec un TDA/H comme l’immaturité, un trouble d’apprentissage, un problème d’audition centrale, la douance, un problème de comportement, des problèmes d’anxiété, etc.
  • s’assurer qu’un bilan médical complet incluant un examen de la vision et de l’audition soit fait

Le TDA/H et ses symptômes

Principaux symptômes reliés à la composante inattention

  • Difficulté à maintenir son attention même pour un court moment
  • Difficulté à se concentrer
  • Se laisse facilement distraire par tout ce qui se passe autour de lui
  • Donne l’impression de ne pas écouter quand on lui parle même lorsqu’on s’adresse à lui directement
  • S’éparpille quand il doit exécuter un travail; il a du mal à commencer et à terminer à temps
  • Difficulté à se structurer et à s’organiser
  • Oublie et perd régulièrement ses choses que ce soit à la maison ou à l’école
  • Difficulté à respecter une routine

Principaux symptômes reliés à l’hyperactivité et à l’impulsivité

  • Ne parvient pas à rester assis, bouge sans arrêt et joue avec tout ce qui se trouve à sa portée
  • S’agite continuellement, même dans les activités de jeux ou de loisirs
  • Parle beaucoup, souvent trop
  • Interrompt fréquemment une conversation, il a de la difficulté à attendre son tour
  • Répond souvent avant la fin de la question ou encore n’attend pas la fin de la consigne avant de débuter une activité
  • A du mal à ajuster ses réactions face aux autres enfants

Le déficit de l’attention apparaît de manière plus évidente dans les tâches scolaires. Par contre, il n’est pas rare que l’enfant ayant un TDA/H démontre de meilleures capacités d’attention et de concentration dans d’autres types d’activités plus concrètes comme le sport, la mécanique, les jeux vidéo, l’informatique, etc.

Voici quelques conseils pratiques pour faciliter les interventions

S’assurer de son attention

Avant de commencer à lui expliquer quoi que ce soit, il est essentiel de s’assurer d’abord de son attention. Pour cela, il faut qu’il soit près de vous et vous devez établir le contact visuel.

Vérifier sa compréhension

Les consignes doivent être courtes et précises. Lui faire répéter pour s’assurer de sa compréhension.

Freiner l’impulsivité

Un outil simple mais très efficace. Un carton qu’on garde à portée de la main, surtout durant les devoirs:

Stop

Écoute / Regarde

Pense

Go

Un pas à la fois

Il est préférable de se donner de petits objectifs réalistes et de les mener à terme. La motivation et l’estime de soi s’en trouveront renforcées.

Encouragements

Multiplier les occasions où il pourra mettre en pratique ses talents et connaître des réussites.

Reconnaissez et appuyez les efforts qu’il accomplit. Encouragez-le chaque fois.

Établir une routine

Afficher les différentes activités de la journée en semaine et durant le week-end (lever, repas, jeux, devoirs, télévision, heure du coucher) et s’y tenir.

Établir les règles à respecter à la maison 

Mettre des priorités (peu de choses à la fois et commencer par celles qui vous irritent le plus)

Indiquer les conséquences si la règle n’est pas respectée. Les écrire et les afficher à côté de l’horaire.

Organisation/planification

Votre enfant apprendra à partir de vous comme modèles. N’hésitez pas à lui communiquer vos stratégies d’organisation et de planification lorsque vous exécutez les tâches quotidienne, au travail, à la maison.

Planifier ensemble les activités du samedi ou du dimanche et suivre ce plan , une étape après l’autre.

Vivre avec un TDA/H c’est tout un défi à relever,

pour l’enfant et pour la famille.

  • Ne pas céder à la culpabilité:  un TDA/H n’a rien à voir avec l’éducation, les attitudes parentales. De la même manière, il n’est pas dû à un manque de volonté ou de motivation de la part de votre enfant. Le problème est d’origine neurologique.
  • Se rappeler que votre enfant ne le fait pas délibérément. Il agit et réagit en fonction de ce trouble.
  • Par ailleurs, vous n’avez pas à exiger de vous d’être des super parents.

 

Ce n’est pas simple mais vous pouvez y arriver!

Demander de l’aide est un réflexe à développer.

Il me fera plaisir de vous accompagner dans cette démarche.

Denise Beauchemin, orthopédagogue

Le 19 janvier 2017

© Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand demander de l’aide pour les devoirs?

Plusieurs parents peuvent aisément arriver au bout de leurs ressources lors de la période des devoirs. Les horaires sont chargés, il y a souvent plus d’un enfant à accompagner et  les besoins ne sont pas les mêmes pour autant.

Voici quelques signes à surveiller qui peuvent indiquer que vous ressentez une fatigue plus ou moins aiguë des devoirs et que vous gagneriez à demander de l’aide :

  • Votre enfant ne se met plus volontairement au travail, il faut insister encore et encore…
  • L’enseignant(e) communique avec vous de plus en plus fréquemment parce qu’un devoir n’a pas été remis…
  • Vous passez plus de 30 minutes chaque soir pour la période des devoirs…
  • Votre autre enfant qui fonctionne bien à l’école est un peu plus laissé à lui-même…
  • La période des devoirs est tendue…
  • Vous vous disputez beaucoup avec votre conjoint ou avec votre enfant pour des questions relatives à l’école…
  • Ses notes sont en berne… ou votre enseignant(e) vous fait part d’inquiétudes…

Contactez-moi pour en parler. Je suis là pour vous guider dans vos réflexions, répondre à vos questions et vous suggérer des solutions. Une démarche bien réfléchie peut faire toute la différence pour toute la famille.

Lien

Le 1er bulletin! Que nous réserve-t-il?

La remise du bulletin est l’occasion de faire un bilan pour:

  • savoir où se situe votre enfant, avoir un portrait global de ses connaissances dans les différentes matières à ce moment-ci de l’année scolaire
  • en dégager les points forts et les défis à relever
  • prendre note des choses à consolider et faire un plan de travail pour éviter que votre enfant prenne du retard

Comment s’y prendre:

  1. Accordez-vous le temps nécessaire pour prendre connaissance du bulletin dans son entier. Cette étape consiste, pour vous, en tant que parents, à vous faire une idée de la situation dans son ensemble avant d’en discuter avec votre enfant.
  2. Dans un deuxième temps, reprenez avec lui, une matière à la fois, en commençant par celles où il a obtenu de bonnes notes. Prenez le temps de le féliciter et de lui manifester votre satisfaction. Allez ensuite aux matières plus problématiques.
  3. Amener votre enfant à se questionner sur ce qui a pu causer de tels résultats.

Différentes situations possibles

1ère situation:

Pour certains enfants, les résultats s’expliquent assez facilement. Ils ont vécu, ces derniers mois, des situations qui les ont perturbés: changement d’école, divorce, maladie, deuil, etc. S’ils sont bien accompagnés, ils pourront récupérer graduellement et ils seront à nouveau mieux disposés pour bien apprendre.

2e situation:

L’enfant n’a pas fourni les efforts nécessaires. Quand il travaille, il réussit bien, mais depuis le début de l’année, il s’est laissé aller et voilà la conséquence!

Dans ce cas, il est important  d’avoir une bonne discussion avec votre enfant pour déterminer avec lui ce qui doit être modifié dans sa façon de faire afin que la situation change. Il faut éviter de prendre du retard.

Avec lui, mettez par écrit les objectifs fixés, les moyens pour y parvenir et les échéanciers à respecter.

Établir un horaire qui tient compte d’une bonne répartition du temps entre les loisirs, les amis et le travail scolaire.

Vérifier régulièrement qu’il s’acquitte de ses tâches et lui rappeler, au besoin, les objectifs fixés.

3e situation: 

Votre enfant a fourni des efforts constants tout au long du trimestre mais, malgré toute cette persévérance, les résultats sont faibles dans diverses matières. Il a soit des difficultés d’apprentissage ou encore des problèmes sur le plan de l’attention et de la concentration, des difficultés d’organisation et de planification qui l’empêchent de bien réussir.

Dans ce cas, n’hésitez pas à l’encourager en lui disant qu’il a travaillé fort, que vous ne doutez pas de sa bonne volonté et que vous continuerez de le soutenir pour qu’il puisse obtenir de meilleurs résultats. Souligner ses réussites que ce soit dans ses travaux scolaires, ses activités sportives ou artistiques.

À partir des informations du bulletin, des commentaires et des recommandations de son enseignant(e), vous pouvez élaborer un plan de travail sur les notions à revoir, les stratégies à consolider et les attitudes à modifier.

Dans toutes les  situations qui se présentent à vous, suite à la lecture du bulletin, rappelez-vous qu’il ne sert à rien de s’alarmer, mais qu’il est important de se mettre en mode action. Pour y parvenir, il peut être nécessaire d’avoir recours à de l’aide extérieure.

Je vous invite à me contacter si vous désirez plus d’informations ou pour poursuivre la réflexion, trouver des pistes de solutions ou encore pour que j’intervienne auprès de votre enfant.

Denise Beauchemin, orthopédagogue

© Tous droits réservés

Le point sur les devoirs

Pour beaucoup d’élèves et de parents, les devoirs à la maison deviennent facilement une corvée et ils tournent souvent au cauchemar !

Alors il est légitime que vous vous posiez la question : « Est-ce que les devoirs à la maison, c’est important, est-ce vraiment nécessaire ? »

La réponse est oui, les devoirs sont indispensables.

Pourquoi ? Entre autres parce qu’ils permettent à votre enfant de revoir la matière vue en classe. C’est aussi l’occasion de refaire les exercices à son rythme. Ce qui n’est pas rien, car le rythme soutenu des leçons en classe ne convient pas à tous les élèves. Vous lui donnez ainsi plus de chance de réussir parce que vous aurez revu ces notions.

Parents, découvrez les avantages et bienfaits des devoirs et apprenez vous aussi à les aimer.

Les devoirs permettent à l’enfant :

  • de développer son autonomie
  • d’apprendre à s’organiser et à devenir responsable
  • de développer des méthodes de travail adaptées à son style d’apprentissage

Pour les parents, les devoirs permettent de :

  • suivre l’évolution de votre enfant à l’école
  • reconnaître ses forces et ses faiblesses
  • découvrir son style d’apprentissage

Mais encore ! Comment faire pour survivre à cette activité qui arrive à une période difficile juste après l’école où l’enfant a envie de tout faire sauf ses devoirs ? Quelques conseils ici pour en profiter pleinement.

Par Denise Beauchemin, orthopédagogue

© Tous droits réservés

Les parents et les devoirs : une analogie sportive

Personne ne rentre à la maison emballé à l’idée de s’attabler devant les devoirs. Après tout, parents et enfants ont passé la journée à vaquer à nombre d’obligations, ils rêvent d’un peu de liberté.

Parce que je crois que les devoirs sont indispensables, je vous propose une autre façon de les aborder.

L’analogie sportive

L’élève est l’athlète, il doit s’investir dans son travail du début jusqu’à la fin.Le parent est l’entraîneur, « le coach », c’est lui qui mène le jeu, il organise, planifie et répartit les tâches dans le temps.

Il accompagne et il guide l’athlète, il l’amène à se poser les bonnes questions en cas d’impasse. Il le félicite lorsqu’il réussit et il lui fait prendre conscience de ses progrès.

Un plan de match pour vous aider

  1. Installer une routine : endroit, heure, durée. N’oubliez pas que la rigueur favorise la structure des apprentissages.
  2. Se fixer des priorités. Les devoirs ont pour but de s’assurer que votre enfant a bien compris ce qui lui a été enseigné. Mieux vaut en faire moins mais que ce soit bien fait que d’essayer de tout faire en vitesse. C’est là que la tension risque de monter et la situation s’envenimer.
  3. Savoir quand renoncer à tout faire ce qui est inscrit dans l’agenda. Si votre enfant a des difficultés d’apprentissage, vous en discutez avec l’enseignant(e) et vous vous assurez que votre enfant comprenne bien le pourquoi et le comment de cette révision de la tâche : le but n’est pas d’en faire moins, mais de le faire mieux !
  4. Remettre en question votre façon de faire si vous passez trop de temps à faire des devoirs. Le temps consacré aux devoirs : au primaire, la période des devoirs ne devrait pas excéder 25 à 30 minutes. Par exemple, si votre enfant doit faire le résumé d’un texte, n’hésitez pas à le lui lire. Cela lui laissera le temps, d’en mémoriser le contenu et il pourra plus facilement en faire un résumé.
  5. Demandez de l’aide. C’est normal que vous ne puissiez pas tout faire. Beaucoup de parents font appel à un orthopédagogue ou à un tuteur. Je peux vous aider

Par Denise Beauchemin, orthopédagogue

© Tous droits réservés

Devoirs en solo ou avec votre aide?

Comme parent, vous vous posez souvent la question : est-il préférable de laisser votre enfant faire son travail seul ou devez-vous l’aider ?

Il s’agit, à mon sens, de l’accompagner dans sa recherche, de l’amener à se poser les bonnes questions pour trouver les solutions. On ne le fait pas à sa place, mais on lui fournit des modèles. Un peu à la manière d’un enfant qui apprend à marcher. On ne lui tient pas continuellement la main, mais il ne nous viendrait jamais à l’idée de ne pas l’aider s’il est sur le point de tomber.

Faites-vous confiance. Vous connaissez votre enfant mieux que personne. Vous pouvez l’aider !

Chaque enfant, chaque famille a une réalité différente. Je me ferai une joie de vous aider à faire des devoirs une activité à la fois productive et agréable entre autres par la formule des ateliers devoirs. Contactez-moi.

Par Denise Beauchemin, orthopédagogue

© Tous droits réservés